Django ou la vengeance

Django-Unchained-afficheHier, j’ai vu Django, le dernier film de Quentin Tarantino. Personnages hauts en couleurs. Humour décalé. Suspens.

Je ne vous donnerai pas la trame du film, c’est inutile pour ceux qui l’ont vu et cela gâcherait le plaisir des autres. Mais ce que plusieurs de mes amis ont jugé perturbant dans ce film, c’est qu’on se retrouve heureux de voir le héros tuer voire massacrer ses ennemis. Pourquoi ? Parce que d’une manière générale, ils sont ignobles. Tous participent de près ou de loin au système de l’esclavage, ils se montrent cruels, prennent plaisir à la souffrance des autres, traitent les noirs comme des animaux, et arrivent encore à jouer les fiers et les cyniques. Django est presque une incarnation de la vengeance, et face à tant d’horreurs, on se dit qu’ils l’ont bien mérité. Il y a en nous un sens de l’indignation et de la justice qui nous fait sympathiser avec la colère de Django. Comme avec le commando de juifs tueurs de Nazi d’Inglourious Basterds, Tarantino donne ici à un de ceux que l’on voit comme faible, opprimé et victime l’occasion d’être celui que l’on craint, qui use de la violence et de la terreur. Le retournement a quelque chose de jouissif, comme si enfin la balance retrouvait son équilibre, mais est-ce la solution ?

Le monde de Django devient-il meilleur ? Django lui-même, vaut-il finalement mieux que ce qu’il combat ? Pour arriver à ses fin, il va empêcher le sauvetage d’un esclave en fuite, tirer sur des hommes et une une femme désarmée, duper, mentir, massacrer. Imaginons que l’on laisse à des Djangos la tâche de régler les problèmes d’injustice du monde, celui-ci ne serait bientôt plus qu’une bouillie de chair et de sang.

Mais alors que faire ? Passer l’éponge ? Dire que toutes les atrocités du monde comptent pour rien ? Décréter le pardon et laisser les esclavagistes d’hier et d’aujourd’hui continuer leur œuvre ? Notre conscience s’y refuse, une indulgence qui ne servirait qu’à laisser les puissants continuer à maltraiter les faibles n’a rien de satisfaisant.

Peut-être deux exemples historiques valent-ils mieux qu’un long discours. En Afrique du Sud, durant l’Apartheid, il s’est trouvé des groupes armés noirs pour pratiquer des attentats et des exécutions sommaires envers les blancs qui détenaient le pouvoir. Mais ceux là n’ont pas amener de solution. Il a fallu le travail de Nelson Mandela et le changement de politique du gouvernement blanc pour démanteler pacifiquement le système oppressif, et celui de Desmond Tutu avec la commission “vérité et réconciliation”, pour mettre en lumière tout ce qui avait été commis, et permettre un pardon pour le passé.

L’autre exemple est celui de John Newton, l’auteur du célèbre chant “Amazing Grace”. Celui-ci a tout un temps servi sur des navires servant au trafic des esclaves, et même investi dans des compagnies le pratiquant. Venu à une foi chrétienne engagée au cours de cette période, il devint ensuite prêtre dans l’église d’Angleterre. Dans la dernière partie de sa vie – trop tardivement diront certains, lui le premier – il prend position pour l’abolition de l’esclavage, notamment en décrivant les conditions du commerce en question. Ainsi, il devient une des influences importantes pour mettre un terme au système auquel il a autrefois participé, ce qui arrive peu avant sa mort en 1807. Telle est la manière dont Dieu traite un esclavagiste.

Et c’est cela, le don que Dieu fait à ceux qui veulent bien le recevoir : le don de la repentance, le don de pouvoir changer, sortir des rôles et des attitudes qui font de nous les bourreaux de nos frères en humanité, et recevoir un pardon qui permettre de continuer à vivre, en cherchant le meilleur. Et c’est aussi le don du pardon, de pouvoir pardonner, de pouvoir vivre sans être animé par la vengeance, par le besoin de faire payer à tout prix ceux qui nous ont causé du tort.

Quant à la justice, à la notion qu’un équilibre doit être rétabli, cela Dieu l’a fait en Jésus-Christ. En Jésus, Dieu, le puissant parmi les puissants est devenu faible parmi les faibles, condamné injustement, n’ouvrant pas la bouche pour sa défense, humilié, méprisé, moqué. Et en Jésus-Christ, Dieu le seul juste a subi la punition des injustes, fouetté, couronné d’épines, frappé, marchant de force, des clous planté dans les pieds et les mains, suspendu sur une croix, étouffant sous son propre poids avec comme seule ressource pour respirer de s’appuyer sur ses pieds broyés. Jésus est mort pour toutes les horreurs des Big Daddy, des Candie, des marchands d’esclaves, et des Djangos, pour que nous ne soyons pas forcés d’être à toujours des vengeurs ou des coupables.

Jean-René Moret

Share
Posted in Articles.

One Comment

  1. Pingback: Quelle solution face au Mal? | Question Suivante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *