Histoire de l'univers et ondes gravitationelles. Source : http://bicepkeck.org/visuals.html

Dieu, le multivers et BICEP2

Les résultats récents de l’expérience BICEP2 suggèrent une inflation cosmique, qui est prise comme indication de l’existence d’un “multivers”. Ce dernier répondrait à la question de l'”ajustement fin1” sans recourir à un Dieu créateur. Dans cet article, Christoph Charles nous propose le point sur ces questions.

Télécharger l’article : Multivers_BICEP2_Inflation

  1. voir l’article “le principe anthropique” pour cet aspect..
Share
Posted in Articles.

5 Comments

  1. Bonjour,

    Juste quelques remarques. Vous citez et usez du concept de cerveau de Boltzmann. Jusqu’à présent, et preuve du contraire, ce phénomène reste une éventualité, une hypothèse purement théorique. Ce qui veut dire que cette “structure intelligente et consciente” peut réellement exister, avoir exister, existera, ou pas. En en l’absence de validation scientifique, d’observation, il ne faut donc pas l’utiliser. Vous en faites pourtant usage en affirmant que le mutivers est un “problème car en son sein, une majorité des univers habiteront des observateurs qui ne seront pourtant pas dans un univers adaptés pour eux”.
    Cette affirmation n’a pas de sens, puisque, comme le “concept” de Dieu, ces cerveaux de Boltzmann restent purement hypothétiques…. Le multivers ne pose aucun problème à ce niveau.
    Vous dites ensuite qu’un mécanisme capable de produire un chose bien ajustée est très spécial parmi l’ensemble des mécanismes possibles….. En quoi est ce si spécial ? Il est en effet très spécial si l’on place le résultat produit avant la cause.
    En reprenant l’image très répandue de la loterie, si avant de jouer, nous souhaitons obtenir une combinaison très particulière ( 2- 45 – 68 – 23 – 68 – 17 – 32 – 34, par exemple, et sur 100 boules numérotées….. ), il serait en effet très spécial, étrange, surprenant, incroyable que nous obtenions ce tirage du premier coup. Et on peut jouer avec 100 ou des milliards de milliards de boules… En effet, plus la probabilité d’obtenir un résultat particulier est faible, plus grande est notre surprise de l’obtenir. Et nous sommes dans un “univers gagnant”. Cependant, être dans un “univers gagnant” est une condition sine qua non de l’observation. Faute de quoi, point d’observation, et point de surprise. Dans le cadre de l’inflation “éternelle”, qui, je le rappelle, reste pour le moment, et je crois ou je crains, encore pour longtemps une “hypothèse”, une infinité d’univers coexistent, se créent et disparaissent. Ainsi toutes les combinaisons existent : tout ce qui peut exister, existe. Il n’y a rien de surprenant à cela. Mieux encore. Si la combinaison 2- 45 – 68 – 23 – 68 – 17 – 32 – 34 citée plus haut permet les conditions d’observation que l’on connaît, la vie, rien ne nous permet de dire que TOUTES les autres aboutissent à son impossibilité. Pire encore, rien ne nous permets aujourd’hui de dire que seule la vie et l’intelligence “carbonée” existe. Comme vos cerveaux de Boltzmann, ceci ne reste qu’hypothétique, c’est sûr. Mais une hypothèse en chassant l’autre, vous et moi ne pouvons pas appuyer nos affirmations sur ces dernières.

    Il est un domaine réservé à cela, et il s’appelle la foi. Ne mélangeons jamais foi et science. Elles ne font pas bon ménage, l’une s’accommodant bien souvent des avancées de l’autre.

    Quant à votre conclusion sur la bien-portance “Dieu” son existence, en effet, il n’a rien à craindre et n’aura jamais rien à craindre, quel Dieu soit il de quel religion soit il.
    Le principe de causalité l’en préserve pour des siècles et des siècles….. Et du geo-centrisme à l’helio-centrisme, de la découverte de notre galaxie, des autres, de l’étendue de l’univers et maintenant, peut être, de l’existence d’une infinité d’univers…. La foi s’est toujours aisément accommodée des avancées scientifiques, jusqu’à en oublier les écrits “saints”, les transformer, les faire concorder si besoin, etc…etc….
    Souvenons nous : Fiat Lux ? Le big bang de Pie XII……….

    Que chacun continue d’éprouver sa foi, non d’en prouver le bien fondé, car nulle hypothèse n’est supérieure à une autre.

    • Bonjour Patrick,
      Merci pour votre commentaire et vos remarques. Comme vous le soulignez, les sujets abordés s’approchent beaucoup de la spéculation et peuvent être très (trop) théoriques et il faut donc être prudent et ne pas faire de conclusions hâtives. Cependant, je ne suis pas d’accord avec certains de vos arguments et vais donc également faire quelques précisions.

      D’abord, concernant les cerveaux de Boltzmann, soyons clairs, je n’y crois pas. Je ne crois pas que les cerveaux de Boltzmann existent et s’ils existent, nous avons toutes les raisons de penser qu’ils sont peu nombreux (comparés à la population humaine sur l’histoire de la Terre). Cependant, leur non-existence n’implique pas que le concept n’a pas de sens et cela ne sauve pas immédiatement l’idée de multivers. En effet, l’argument que j’avance (qui a surtout été développé par R. Collins) c’est que les cerveaux de Boltzmann sont une prédiction du multivers.
      Comparons par exemple cela à l’idée des monopoles magnétiques. C’est une jolie idée et une idée qui apparaît naturellement dans les modèles de grande unification. Malheureusement, on ne les observe pas. À ce stade, on pourrait affirmer qu’ils ne sont qu’une hypothèse. Le vrai problème est que ces monopoles devraient être produits en grande quantité dans l’univers primordiale. Il n’y a donc que deux conclusions possibles :
      1) ou bien la théorie est fausse ;
      2) ou bien il y a un mécanisme supplémentaire pour la sauver.
      Pour les monopoles, le mécanisme est l’inflation primordiale. Pour le multivers, le mécanisme est inconnu mais recherché activement par certain (S. Caroll par exemple). Néanmoins en tant qu’argumentaire contre l’ajustement fin, le multivers échoue dans les deux cas. Soit il n’existe pas et l’affaire est close. Soit il existe mais nous avons un nouveau mécanisme avec ajustement fin. Maintenant, j’ai bien conscience que l’argumentation dans l’article est à ce sujet quasi-inexistant. Je vous invite à consulter les références de l’article pour approfondir. Si vous êtes intéressés par l’argumentation adverse, les écrits de S. Caroll devraient vous convenir. Il expose de manière assez complète sa position dans son livre “From Eternity to Here” et a publié quelques articles disponibles sur ArXiv à propos des cerveaux de Boltzmann.

      Dans votre deuxième point, vous m’accusez d’être un tireur d’élite belge, comme m’a dit un ami suisse, c’est-à-dire vous affirmez que j’ai peint la cible après avoir tiré. Je ne pense pas l’être bien sûr. Certes, l’argument du fine-tunning considère la vie carbonée mais pas uniquement. L’ajustement de la constante cosmologique et de la force gravitationnelle, ou l’ajustement de la force électromagnétique par rapport à la force forte sont importants pour l’existence d’une chimie quelconque. On peut bien sûr accuser le déiste de manque d’imagination, mais l’ajustement fin est la conclusion naturelle lorsque l’on suit les preuves. Il y a peu de gens qui affirment le contraire (j’ai vu L. Krauss nier l’ajustement fin dans un débat mais encore une fois, il s’agissait d’une preuve par l’ignorance) et cela se voit à l’immense masse de personnes qui cherchent des mécanismes pour expliquer cet ajustement.
      J’aimerais souligner ici qu’il est toujours possible de dire “et si ?”. Heureusement, on ne peut se permettre de raisonner ainsi en sciences. Il y aura toujours une infinité d’autres possibilités qui expliquent le phénomène et une autre infinité qui expliquent que nos sens nous trompent. Mais en avançant avec les preuves expérimentales et en se limitant aux théories simples, il y a souvent peu d’amplitude pour choisir la bonne théorie.

      À vrai dire votre dernier point disant que l’on ne sait pas ce qu’il se passerait dans les autres univers est encore une fois un rejet de l’ajustement fin. Si il y a beaucoup d’univers qui donne la vie, cela revient à dire que le notre n’est pas spécial. Profitons-en donc pour faire un petit aparté. La question de l’ajustement fin est la suivante : dans l’ensemble des univers possibles (muni d’une mesure raisonnable), les univers hébergeant la vie sont-ils nombreux ? Si la réponse est oui, il y a ajustement fin (qu’il y ait un multivers ou non). Si la réponse est non, il n’y en a pas. C’est tout. Et je pense qu’aujourd’hui la communauté scientifique penche de plus en plus vers l’affirmative pour cette question même si les explications envisagées sont très variées.

      Pour finir, quand bien même vous ne seriez pas d’accord avec tout ce qui précède, car j’admets volontiers qu’il y a matière à débat, je ne peux être d’accord avec votre définition de foi. La foi n’est pas une vague croyance en l’existence d’un dieu. La définition chrétienne, il me semble, est la confiance en Dieu. C’est le pendant néotestamentaire de la notion vétérotestamentaire de crainte de Dieu. Ainsi la foi n’existe que lorsque l’on croit que Dieu existe mais il ne s’agit pas de cette croyance. Et donc contrairement, à ce que vous dites, je ne pense pas que l’on doive séparer science et foi, puisque l’une profite de l’autre et inversement. Ma science est motivée par ma foi et ma foi par ma science. Cela ne veut pas dire que l’une est tributaire de l’autre (quoique la science n’existerait probablement pas sans la foi) mais que les interactions sont fructueuses. Et ainsi, je pense au contraire que justifier de sa foi est une bonne démarche.

      En tout cas, merci pour votre commentaire. J’espère avoir pu préciser ma pensée. J’ai bien sûr conscience que cela est bien faible comme argument mais je tiens à rappeler qu’il s’agit d’un article de synthèse exposant un point de vue sous forme résumée le tout sur un sujet compliqué ^^. N’hésitez donc pas à plutôt consulter les références et à vous faire une idée sur cette base.
      Je vous souhaite une excellente continuation,
      Christoph

  2. Bonjour Christophe,

    Merci également d’avoir pris le temps de lire un avis contradictoire, et d’y répondre. C’est si rare…
    Quelques commentaires également.
    L’existence des cerveaux de Boltzmann n’est pas conditionnée à l’existence d’un multivers. Et que ces organisations consciente purement théoriques existent ou non n’invalide en rien la théorie du multivers.
    Concernant les “monopoles magnétiques”, force est de constater que je ne connais pas ce concept. Je me documenterai pour palier cette lacune, et ne ferai donc aucun commentaire…
    Je ne suis en revanche pas d’accord avec votre approche de l’ajustement fin, spécialement lorsque vous posez la question de savoir si, dans les univers qui existent, beaucoup d’entre eux, ou non, abritent la vie. On ne peut pas, comme vous le faites, répondre juste par oui, il y en a beaucoup, ou non, il y en a peu. Cela est “relatif” est va dépendre du référentiel. On peut également dire qu’il y en a peu ET beaucoup. Nous devons parler ici de proportion. Si, comme certaines théories du multivers le prétendent, il existe une infinité d’univers, alors, en valeur absolue, il y en a énormément, mais peu finalement, en proportion. De plus, notre référentiel est la vie carbonée uniquement. Ce qui laisse entendre qu’en supposant l’existence de vie d’une autre forme ( de conscience ), il pourrait y en avoir encore plus.
    Le problème en soi du terme “ajustement fin”, est qu’il sous entend un “réglage”, et donc, un fameux “grand horloger”. C’est une conséquence immédiate de notre expérience quotidienne de l’existence : il ne saurait y avoir d’effet sans cause. Et cela est bien trompeur… Une fois de plus, tout est question d’échelle.
    L’ajustement fin me semble être un piège dans lequel il ne faut surtout pas tomber, sous peine de limiter sa pensée. Pour cela, je prendrai l’exemple des probabilités. La probabilité de gagner à l’Euromillion est environ d’une chance sur 116 millions…. Il y a pourtant ( tant mieux pour eux ) des gagnants. Doit on pour autant évoquer un ajustement fin du tirage ? Je ne le pense pas. Evidemment, on pourra toujours dire de cette probabilité qu’elle n’est en rien comparable à celle de voir apparaître un univers comme le notre, avec ses constantes propices au développement de la vie carbonée. Je ne le pense pas. Si, parmi tous les réglages et variations théoriques possibles des constantes de notre univers, une seule combinaison autorise la vie carbonée, parmi un nombre incroyablement élevé d’autres scénarii vierges de vie carbonée, la probabilité n’en est pas pour autant nulle. On pourrait s’étonner alors de voir ce scénario apparaître dans le cadre d’un “tirage unique”, encore que ce résultat fasse partie du champ des possibles. Mais dans un scénarios de tirage constant, infini et éternel, l’obtention d’un tel tirage n’aurait plus rien de “miraculeux”. Malheureusement, notre esprit peine ( le mien surtout ) à entrevoir de telles échelles !!! Elles sont en contradiction avec notre monde sensible, notre expérience. Sont elles pour autant infondées ? Irréelles ? Impossibles ?

    Concernant la Foi, chacun sa définition. Je ne cherche pas à être offensant, je vous assure. J’ai comme vous des convictions et des “espoirs”. Qu’elle soit confiance et dévotion en Dieu, sûrement, mais elle est avant tout Croyance en dieu. Que l’on croit en Dieu, quel qu’il soit, ou en tout autre chose, on ne fait cependant que CROIRE. La croyance est et reste un acte irrationnel. On est dans le domaine du dogme. Je me garderai bien ici de débattre sur le contenu et la philosophie de ce dogme ( la foi et les religions ). Le contenu et les précepte de la plupart d’entre elles me semble assez humanistes, bonnes, bienveillantes.
    C’est le fondement même de la croyance qui reste, à mes yeux, un choix irrationnel.
    De facto, il m’arrive donc bien souvent de réagir lorsque l’on prend la science à témoin pour étayer cette foi.
    La foi et la science peuvent accomplir ensemble de grande chose. Tout comme l’athéisme ou l’agnosticisme le peuvent. Peu importe les croyances de chacun, si le dessein est bon, juste, équitable, l’action est louable.
    Mais expliquer l’inexplicable au travers des mystères, énigmes, paradoxes et failles de la science moderne, cosmologie, astrophysique, méncanique quantique, etc…. me semble trop facile, trop démagogique, orienté et concordiste.
    “L’une profite à l’autre” dîtes vous. Certes, mais “l’inversement” me semble être aussi rare que les constantes de l’ajustement fin…..
    Justifier sa foi est en effet une démarche saine et honnête ( même s’il me semble que la foi n’ait nul besoin de se justfier !!! ). Mais entre justifier et en prouver le bien fondé, il y a selon moi une frontière à la frontière du prosélytisme à ne surtout pas franchir.
    D’autant, et c’est tout le débat qui pourrait animer l’humanité jusqu’à la fin de son temps, que nous n’aurons jamais de preuves de l’existence, ou de l’inexistence d’un tel Dieu.
    Chacun fera alors son propre pari.

    En tout cas, je vous souhaite également une bonne suite, et vous remercie pour cet échange sans prétention.

    • Bonjour Patrick,

      Mais de rien. Répondre aux commentaires me semblent normal même s’il est évident que je ne peux (pour des raisons de temps essentiellement) considérer toutes les remarques et commentaires effectués.

      Je vous avoue que je ne répondrai probablement pas à tous vos points, mais j’ai l’impression que vous vous méprenez à plusieurs endroits sur ce que je prétends. Permettez-moi donc de reprendre quelques-unes de vos affirmations :

      – “L’existence des cerveaux de Boltzmann n’est pas conditionnée à l’existence d’un multivers”. Je n’ai jamais prétendu le contraire, en tout cas dans le sens que la plupart des gens l’entendent. Je ne dis pas que les cerveaux de Boltzmann existent si et seulement si le multivers existe. Je prétends que pour la plupart des multivers, il y a des cerveaux de Boltzmann et en grand nombre. Ainsi un multivers sans cerveaux de Boltzmann est un multivers finement ajusté.

      – “Je ne suis en revanche pas d’accord avec votre approche de l’ajustement fin, spécialement lorsque vous posez la question de savoir si, dans les univers qui existent, beaucoup d’entre eux, ou non, abritent la vie.” Ce n’est pas la question que je pose. Il s’agit de savoir si dans les univers possibles (malheureusement, je ne peux pas mettre d’italique, mais imaginez “possibles” en italique pour l’insistance) il y en a beaucoup qui abritent la vie. L’ajustement fin n’est relié qu’à cette question et non à la question des univers effectivement réalisés.

      – “On peut également dire qu’il y en a peu ET beaucoup.” Comme vous le soulignez vous-même, il faut parler de proportion. Le débat de l’ajustement fin est un débat de probabilité, et donc de proportions. C’est ce que je soulignais, en termes mathématiques, en parlant de “mesure raisonnable”, puisque la théorie de la mesure est précisément celle qui permet de traiter ce sujet. Vous touchez ici un problème important qui est celui du choix de cette mesure et du naturel de celle-ci. Il y a de gros débats à ce sujet dans la communauté mais ce qu’il me semble en ressortir, c’est qu’à moins de prendre une mesure peu naturelle, les univers hébergeant la vie sont peu nombreux (dans le sens où ils constituent un faible pourcentage des univers possibles).

      – “Le problème en soi du terme « ajustement fin », est qu’il sous entend un « réglage », et donc, un fameux « grand horloger »” peut-être que le terme est trompeur, je peux vous le concéder. Cependant, la définition ne fait absolument pas référence à un agent extérieur. Cela est une conclusion philosophique, à laquelle j’adhère certes, mais qui ne remet pas en cause le concept d’ajustement fin lui-même. Rien ne vous empêche de changer de terme si vous le voulez. Dites que notre univers est (très) particulier par exemple. Mais le raisonnement philosophique n’est pas affecté par les mots utilisés.

      – “Doit on pour autant évoquer un ajustement fin du tirage ? (pour l’euromillion)” Non. Ce n’est pas le processus du tirage qui est ajusté mais la solution gagnante. Votre défense est le parallèle exacte de la défense du multivers : nous sommes dans un univers particulier parce que les ressources probabilistes sont énormes. Le but de mon article est précisément de résumer certains arguments qui montrent les limites de cette explication. Le problème principal, on y revient, sont les cerveaux de Boltzmann (sans compter d’autres problèmes non évoqués, mais c’est à mon avis le plus gros).

      – “Elles sont en contradiction avec notre monde sensible, notre expérience. Sont elles pour autant infondées ? Irréelles ? Impossibles ?” Déjà, je ne pense pas que cela soit en contradiction avec nos sens. Les grands nombres sont facilement traitables mathématiquement. Et certainement, je ne prétends pas que cela est impossible. Infondé, par contre, oui. Car nous n’avons vraiment aucune expérience et aucun élément ne permettant d’entrevoir ces autres univers.

      – “La croyance est et reste un acte irrationnel.” Il va sans dire que je ne suis pas d’accord. Je pourrais admettre que la croyance n’est pas rationnelle, pour le plaisir du débat. Mais être irrationnel est être contre la raison pas seulement détaché de celle-ci. Il y a ainsi trois possibilités : le rationnel, l’irrationnel et le reste. Le reste est un énorme ensemble cependant. Cela inclut des choses aussi simples que le choix d’un métier ou le choix d’une épouse. Nous ne faisons pas ça malgré la raison, ni franchement avec elle. Cela dépasse simplement la raison.

      – “Certes, mais « l’inversement » me semble être aussi rare que les constantes de l’ajustement fin…..” Je tiens à vous dire que votre phrase est joliment trouvée, même si, bien sûr, je ne suis pas d’accord ^^.

      Je conclus ce commentaire en résumant la situation plutôt que de se perdre sur plein de détails. Il me semble que nous avons deux points de désaccord (sur la question philosophique/physique) :
      1) Vous ne croyez pas que les cerveaux de Boltzmann sont une prédiction du multivers
      2) Vous ne croyez pas que nous puissions affirmer l’existence d’un ajustement fin pour la vie, c’est-à-dire que parmi les univers possibles, ceux hébergeant la vie sont peu nombreux (en proportion).

      Pour le premier point, Sean Caroll vous rejoint bien qu’à mon avis, sa position soit attaquable sur des bases philosophiques. Parmi les physiciens au moins donc, c’est une position défendable. Vous comprendrez donc que je ne pourrai vous convaincre à force de commentaires même si je vous recommande la lecture des textes de R. Collins à ce sujet.
      Pour le second point, je pense que vous vous écartez de la conclusion de la majorité des physiciens actuels bien que ce ne soit pas celle de la totalité. Mais encore une fois, un article complet serait nécessaire pour justifier de cette position et je ne pense pas non plus vous convaincre en quelques commentaires, assez rapidement rédigés.
      Reconnaissez du moins que si ces deux prémisses sont justes, la conclusion suit : l’ajustement fin ne peut être expliqué par les ressources probabilistes.

      Malheureusement, je crains qu’après avoir souligné ces divergences, je n’ai pas grand chose de plus à dire. Je vous souhaite donc une excellente journée, en espérant que ces échanges vous auront intéressé.
      Bien à vous,
      Christoph – sans “e” 😉

  3. DANS L’UNIVERS IL EXISTE 3 TYPES DE VORTEX.
    Il existe 3 types de Vortex qui permettent de voyager :
    – A l’intérieur de notre Univers Multiple,
    – De notre Univers Parallèle vers un autre Univers Parallèle,
    – De notre Univers Multiple vers un autre Univers Multiple.
    Dans les 3 cas de figure, les Vortex sont similaires, ils possèdent la même technologie car ils assurent les mêmes fonctions. IL y a lieu de rappeler ce que sont les Univers Multiples (1) et les Univers Parallèles (2)
    (1) LES UNIVERS MULTIPLES :
    THEORIE DE L’INFINI VERSION ALAIN MOCCHETTI
    L’espace temps est un système mathématique d’ordre 4 (espace : 3 dimensions, temps : 1 dimension). On va se limiter à l’espace-temps tel que l’homme le connaît, donc on fait abstraction des mondes dits parallèles, des trous de ver, des trous noirs, des courbures dans l’espace-temps et de tout autre phénomène physique non expliqué jusqu’à aujourd’hui. En commençant par le temps t, il est infini autant vers le passé que vers le futur, il suffit pour cela d’opérer un raisonnement par récurrence. Quant à un espace à 3 dimensions, on distingue l’infiniment petit de l’infiniment grand. Nos connaissances actuelles dans la Science nous font dire que l’Univers tel qu’on le connaît est issu d’un seul big-bang. Et bien non, dans le passé il y a eu une infinité de big bangs suffisamment espacés géographiquement parlant pour éviter toutes interférences entre des galaxies issues de big-bangs différents et dans le futur, il y aura aussi une infinité de big-bangs avec les mêmes caractéristiques que le passé, l’Univers est infini dans tous les sens du terme. Il y a une infinité de galaxie, une infinité d’étoiles, une infinité d’exoplanètes dites telluriques et une infinité de planètes gazeuses. Le nombre de système planétaire est infini. Par récurrence, on démontre qu’il y a de la vie organique et de la vie sous autres formes sur une infinité d’exoplanètes. La distance qui sépare deux planètes telluriques habitées peut être cyclopéenne mais peut-être moindre (planètes habitées proches l’une de l’autre), les vitesses des vaisseaux spatiaux actuels (ORION) nécessitent des centaines de milliers d’années pour atteindre la première exoplanète présumée habitée de la Terre. Les scientifiques vont devoir mettre au point l’hibernation qui nécessitera des dizaines de siécles de recherche scientifique pour espérer aller sur l’exoplanète habitée la plus proche de notre système solaire. D’autre part, il va falloir dans des millénaires voyager à la vitesse de la lumière et d’avantage ce qui est impossible aux vues des équations de la mécanique relativiste d’Einstein. Pourvu qu’Albert Einstein se soit trompé dans ses très complexes équations.
    (2) LES UNIVERS PARALLELES :
    UNIVERS PARALLELES – DEFINITION
    Pour commencer, il y a lieu de redéfinir ce que sont les Univers Multiples et les Univers Parallèles. Les Univers Multiples sont cote à cote, alors que les Univers Parallèles sont superposés. Il y a une infinité d’Univers Multiples et il en est de même pour les Univers Parallèles. Si à chaque Univers Multiple, correspond un ou plusieurs Univers Parallèles, voir une infinité d’Univers Parallèles, nous nous trouvons dans un Espace à 5 dimensions : espace (3 dimensions), indice de l’Univers Parallèle numéroté de 1 à n (1 dimension) et enfin le temps (1 dimension). Comment communiquent les Univers Parallèles entre eux, eh bien il y a des passages, des vortex pour passer d’un Univers Parallèle à un autre, les vortex sont en quantité finie, les Univers Parallèles peuvent être totalement différents les uns des autres et abriter des formes de vies différentes (VIE SOUS AUTRE FORME). Pour les Chercheurs, il faut localiser un ou plusieurs vortex, les étudier et mesurer la matière qui transite d’un Univers Parallèle à un autre (protons, neutrons, électrons, antimatière). Si tel est le cas, les Scientifiques auront démontré la présence de Mondes Parallèles. Ce serait une découverte sans précédent pour l’Astrophysique et l’Astronomie. Ce serait plus facile de voyager si compatibilité d’un Univers Parallèle à un autre (distance courte à parcourir) que de voyager d’un univers Multiple vers un autre (plusieurs millions d’année lumière al). Même au sein de notre Univers Multiple, il est quasiment impossible de rallier la Voie Lactée à une autre galaxie. Suite dans une prochaine rubrique UNIVERS PARALLELES – DEFINITION. Le présent article va être diffusé sur mon Journal Facebook DAVID MOCCHETTI, sur YouTube et Google.
    Les feuilletons de la série TV STARGATE illustre à eux seuls ce que sont les Vortex qui permettent de voyager à l’intérieur de notre Univers Multiple ou Parallèle.
    Alain Mocchetti
    Ingénieur en Construction Mécanique & en Automatismes
    Diplômé Bac + 5 Universitaire (1985)
    UFR Sciences de Metz
    alainmocchetti@sfr.fr
    alainmocchetti@gmail.com
    @AlainMocchetti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *